Anthologie et citations de Jose Antonio Primo de Rivera

Rated 0.00 out of 5 based on 0 customer reviews
0 customer reviews

14.50

 » Plaise à Dieu que le peuple espagnol, si riche en qualités dignes d’être aimées, trouve dans la paix, la Patrie, le Pain et la Justice … »

Inclus le dernier Manifeste de José Antonio Primo de Rivera, écrit la veille du Soulèvement national ainsi que son Testament.
Ce document est un recueil exclusif et rare de toutes les citations et réflexions du leader phalangiste espagnol José Antonio Primo de Rivera. Pensée méconnue car confondue à tort avec l’idéologie franquiste. Il affirme ici la réalité suprême et particulière de l’Espagne, se traduisant à travers une volonté impériale et le projet d’un État national-syndicaliste qui organisera corporativement la société espagnole tout en répudiant le système capitaliste mais également le marxisme. Il incorpore le sens catholique au coeur de sa pensée et le met au coeur de la reconstruction nationale. Cet ouvrage s’avère très intéressant pour appréhender cette pensée originale nationale-cléricale, tellement spécifique qu’elle ne peut se qualifier que par son propre nom : le phalangisme.

Description

La version papier est disponible sur Amazon :

Produits disponibles sur Amazon.fr

 

Aucune version PDF ne sera produite.

Informations complémentaires

Auteur

Jose Antonio Primo de Rivera / Traduction sous dépôt légal

Jose Antonio Primo de Rivera

José Antonio Primo de Rivera y Sáenz de Heredia est un homme politique espagnol, créateur de la Phalange espagnole, un parti national-syndicaliste. Il est mort exécuté le 20 novembre 1936 à Alicante.

Il est le fils du général Miguel Primo de Rivera, dictateur en Espagne entre 1923 et 1930. José Antonio étudie à la Faculté de Droit de Madrid, devenu avocat il écrit dans les journaux El Fascio et ABC. Le 2 mai 1930, voulant défendre la mémoire de son père, il accepte la charge de vice-secrétaire de la Unión Monárquica d'Alfons Sala i Agermí, mais est battu aux élections de 1931 par son adversaire conservateur Bartolomé Cossío. En 1932, il est arrêté pour son soutien apporté à la Sanjurjada, pronunciamiento militaire du Général Sanjurjo, et fonde avec l'aviateur Julio Ruiz de Alda le « Movimiento Sindicalista Español » qui sera l'embryon de la Phalange. Le 29 octobre 1933, il fonde la Phalange espagnole, un parti d'inspiration fasciste. Battue aux élections législatives du 16 février 1936, avec un score électoral de 0,7 % des votes, elle est déclarée hors la loi par les Républicains espagnols à la suite de la tentative d'assassinat de Jiménez de Asúa par des étudiants du Sindicato Español Universitario (SEU), un syndicat national-syndicaliste. José Antonio se voit alors emprisonné à la prison Modelo de Madrid avec d'autres dirigeants du parti, pour avoir eu en sa possession trois revolvers, ce qui ne l'empêchera pas de continuer à diriger depuis la prison. Le 5 juin 1936 il est transféré à la prison d'Alicante qui sera sa tombe.

En juillet 1936, José Antonio se voit obligé, contre sa volonté, d'accorder son soutien au Général Emilio Mola et aux autres généraux insurgés contre le gouvernement républicain.

Le 17 novembre 1936, José Antonio Primo de Rivera est jugé pour rébellion militaire, assurant lui-même sa propre défense et celle de son frère Miguel et de la femme de ce dernier, puis est condamné à mort par un tribunal populaire. Il est exécuté à Alicante le 20 novembre de la même année. Il devient un des martyrs du mouvement franquiste. José Antonio Primo de Rivera est exhumé en 1959 pour être inhumé dans la basilique Sainte-Croix del Valle de los Caídos.

1

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Anthologie et citations de Jose Antonio Primo de Rivera”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *